Physiothérapie

Le Regroupement pour la Trisomie 21 est heureux d’offrir aux familles ayant des enfants âgés entre 0-5 ans qui sont en attente au public la possibilité de rencontrer notre physiothérapeute.

Accompagnés de votre enfant, vous êtes conviés à participer à une rencontre individuelle d’une durée approximative d’une heure. La rencontre est divisée en deux parties : la première est consacrée à un dépistage développemental au niveau moteur de l’enfant alors que la seconde partie servira à vous donner des conseils et recommandations pour stimuler le développement moteur global de l’enfant.

À la fin de la session, les parents devraient savoir où se situe leur enfant au plan du développement moteur global et connaître les problématiques particulières s’il y a lieu. Les parents pourront être référés ou orientés vers une ressource externe au besoin.

Session Automne 2022 :

19 septembre, 17 octobre, 14 novembre et 12 décembre
45 $ par rencontre

Merci de prendre connaissance de la politique d’utilisation pour les services de physiothérapie.

Prendre un rendez-vous

Questions et réponses avec Ariane Lorange-Millette, physiothérapeute au RT21

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au RT21 avec des enfants ayant la trisomie 21?

J’ai eu l’opportunité de travailler au RT21 pour remplacer une collègue en congé de maternité. Dès mon arrivée, j’ai eu un coup de cœur pour l’organisme, autant pour ses services que pour l’équipe. C’était une clientèle que je connaissais déjà et un organisme que je recommandais. Je trouve que le RT21 est vraiment attentif aux besoins des familles, et ça m’a impressionné. Dans ma pratique professionnelle, le lien avec la famille c’est ce que j’aime le plus et ce que je trouve le plus valorisant.

Combien d’années d’expérience avez-vous en petite enfance et trisomie 21?

Ça fait maintenant depuis 2020 que je suis au RT21, mais je travaille en physiothérapie dans un Centre de réadaptation depuis 2009. La clientèle ayant la trisomie 21 fait partie de mon quotidien depuis le début. Les enfants que je vois sont principalement âgés entre 1 et 4 ans, mais j’ai aussi travaillé dans une école spécialisée où il y a avait des enfants d’âge primaire. J’ai donc eu l’occasion de travailler avec des personnes vivant avec la trisomie 21 entre 0 et 11 ans.

En quoi consiste la physiothérapie?

La grande expertise des physiothérapeutes en pédiatrie est le développement moteur global de l’enfant. C’est-à-dire toutes les étapes du développement passant par se tenir la tête et marcher jusqu’à accomplir des activités plus complexes comme le saut, la course, le vélo, les sports ou les loisirs. Le rôle de la physiothérapeute est donc de développer l’autonomie de l’enfant dans ses déplacements, et par la suite dans sa motricité.

Il y a aussi tout le côté orthopédique qui consiste au traitement des torticolis, des plagiocéphalies ou d’autres difficultés musculo-squelettiques qui peuvent arriver dans l’enfance. La physiothérapeute va donc faire l’évaluation de l’enfant et va proposer un traitement et des exercices personnalisés selon les besoins de la famille et ce qui est observé lors de l’évaluation.

Pourquoi consulter en physiothérapie lorsque notre enfant a la trisomie 21?

Quand ils sont bébés, on parle de la prévention du torticolis ou de la plagiocéphalie. Sinon, on va beaucoup les accompagner dans le développement moteur puisqu’avec la trisomie 21, il y a un retard qui y est associé et qui est normal. Dans le cas où un enfant a un retard plus important, je peux aussi les soutenir et leur offrir des conseils de manière à progresser plus rapidement. Il est aussi possible de consulter pour des problématiques plus atypiques ou précises, par exemple si votre enfant s’assoit toujours en split ou si vous souhaitez lui apprendre un sport en particulier.

Avez-vous une anecdote, une histoire à nous raconter

Pour être honnête, ce qui me rend le plus fière c’est quand, après plusieurs rencontres, un enfant arrive pour la première fois dans mon bureau en marchant sans appui. Je suis toujours hyper émue. Je dirais que je suis même plus émue de voir un patient que d’avoir vu mes enfants marcher pour la première fois. (Rires) Je suis tellement dévouée que, pour moi, c’est vraiment un moment important. C’est même arrivé que les premiers pas se fassent pendant une thérapie. Ça me rend fière de mon travail.